Au chaud
Immobile
Chéri
À l’abri
Recroquevillé
Protégé
En apesanteur
Sauvé

À l’intérieur
De ce ventre maternel
Se laisser
Tranquillement
Bercer par elle
Balancer au rythme de ses pas
Acquiescer au tempo de ses aiguilles
Je l’entends tout près

C’est comme se réveiller
Au beau milieu d’un coma
Tout autour somnole encore
Moi compris
Seulement chaque chose est douce
Mon nez est sucré
Le repas sera bientôt prêt
Que m’as-tu préparé ?

Tu me pinces pour me lever
Pitié berce-moi encore
Ne me fais pas affronter ce
Froid mordant du cruel dehors
Je ne veux pas ouvrir les yeux
Nous l’avons tous appris enfant
Le monstre sous le lit n’attaque
Jamais l’endormi ni l’aveugle

Cette fiction ne te suffit
Tu secoues ce cocon fragile
Depuis quand étais-je engourdi ?
Ma tête tourne sous le choc
Tu sais je t’entends, tu m’attends
Il ne fallait pas. Qu’est-ce que
Ce couteau pourquoi m’attaquer
La plante de mon pied fond

Engluanté dans ta couette
Je me sens comme un immortel
Je me sens comme le premier
De tes enfants, emmailloté
Mais je le sais tu m’aimes trop
L’affection m’étoufferait presque
Finissons-en, réveille moi
Ensemble attaquons ce re-

⤧  Historiette suivante Nommé ⤧  Historiette précédente Catharsis